Transport

Vacances au Maroc : les MRE préfèreraient le bateau à l’avion

Chaque année, l’arrivée de l’été signifie un retour provisoire aux sources pour de nombreux Marocains Résidant à l’Etranger (MRE). Cette année, plus d’un demi-million de MRE ont rejoint le Maroc passé la moitié du mois de juillet. En 2017, les différents points d’accès ont enregistré 968 096 MRE qui sont venus au Maroc, ce qui signifie une hausse de 5,36 % par rapport à l’année précédente.

On explique cette situation par les moyens déployés dans le contexte de l’Opération Marhaba ainsi que les dispositions prises suivant les Hautes directives royales pour la solidarité. L’opération Marhaba consiste notamment à la mise en place d’espaces d’accueil au Maroc et à l’étranger. Il s’accompagne de l’intensité du trafic maritime et aérien tout au long de la période estivale.

Au détriment de la traversée du détroit de Gibraltar, les Marocains du monde semblent être de plus en plus nombreux à se tourner vers les moyens de transport aériens ces deux dernières années. De nombreuses raisons ont contribué à cela !

Les compagnies maritimes voient leur chiffre d’affaires en baisse

Bien que le bateau reste le moyen de transport le plus utilisé, les Marocains semblent privilégier les avions low cost aujourd’hui. Adbelkrim Benatiq, ministre délégué de chargé des MRE et des Affaires de la Migration, l’a confirmé très récemment.

44 % de l’ensemble du trafic se fait par bateau. Le transport aérien le suit de très près avec 41 % de trafic enregistré. Il n’est donc pas étonnant que dès l’année prochaine, le transport aérien prenne le dessus avec 3 % d’écart. Le trajet semble plus court et moins fatigant même si le coût reste plus ou moins élevé pour un voyage en avion.

Tanger Med tient la tête du meilleur taux de trafic pour la traversée en bateau. Quant aux avions, c’est l’aéroport de Casablanca qui s’accapare 30 % du trafic, suivi par Marrakech-Menara.

Un autre avantage du transport aérien, c’est que dès leur arrivée à l’aéroport, les MRE peuvent avoir recours à un service de location de voiture à Casablanca. C’est un service pratique qui leur facilite le retour dans leur pays d’origine. Casablanca est l’un des 12 aéroports du Maroc, à 3 heures de vol de Paris. Presque tous les aéroports disposent d’un terminal pour avoir accès à une voiture directement après l’atterrissage.

vacances maroc

De nombreuses explications en cause

Le mois de juillet a toujours été connu comme étant une période d’affluence. Cependant, selon la Protection civile espagnole, le taux d’arrivée des MRE dans leur pays d’origine de cette année a chuté de 31 % par rapport au mois de juillet 2017. L’opération transit affiche chaque année des baisses d’arrivées en bateau. Les autorités espagnoles ainsi que les compagnies maritimes l’ont confirmé, les voyageurs préfèrent opter pour l’avion low cost. Plusieurs lignes se trouvent très affectées par cette statistique. C’est par exemple le cas de Almeria-Nador qui accuse un recul de 50 % par rapport au mois de juillet 2017. Chez Algesiras-Tanger, c’est une baisse d’environ 30 %.

Il y a plusieurs explications avancées au recul des arrivées depuis le début de l’opération Marhaba qui a débuté le 5 juin 2018. La première explication serait la crise qui a créé l’effet ramadan. Le discours de Fernando Blasco, chef de l’Unité de protection civile, a été clair sur le sujet : la deuxième génération d’immigrés a apporté un changement de tendances et d’habitudes.

Déjà, ce n’est plus un besoin pour cette dernière génération de se rendre dans leur pays d’origine en été. Puis, avec les frais de transport aérien qui sont devenus bon marché, ceux qui continuent à faire le voyage tous les ans préfèrent prendre l’avion. Le DG de FRS Iberia Christian Funk tient le même discours tout en ajoutant que le ramadan a également contribué à cette baisse considérable. Sans cette forte tendance qui se tourne vers les compagnies aériennes, les compagnies maritimes auraient quand même pu profiter de leur mois de juillet censé être important pour leur chiffre d’affaires annuel. Ce serait dû au fait que la crise qui frappe l’Europe a moins d’impact sur le Maroc que sur l’Espagne.

La seconde raison est le coût de la traversée selon les avis des MRE sur Yabiladi.com. Ces derniers préfèrent se tourner vers la solution de facilité et d’économie proposée par les compagnies aériennes étant donné la hausse de prix appliqué par les compagnies maritimes.

Une éventuelle révision de système d’exploitation prévue

Toujours selon Fernando Blasco, l’opération transit est en chute libre, et elle ne serait même pas aujourd’hui « l’ombre de ce qu’elle a été par le passé ». Il s’agit d’une opération au profit du Maroc et de l’Espagne qui était encore en phase de commencement. Pour ce dernier, l’arrivée des MRE au Maroc pendant le mois de juillet devait booster l’activité des ports. Des millions de Marocains résidant à l’étranger traversent le détroit chaque année, sauf que ces dernières années, les tendances ont changé. Depuis la faillite de la compagnie marocaine Comarit, la manne financière a motivé les compagnies étrangères.

location voiture maroc

Avec la hausse des frais pour la traversée en bateau, Aziz Rebbah, ministre de l’Équipement et du Transport se trouvait dans l’obligation de trouver une solution. La protection civile espagnole est de ce fait inquiète. Elle met même en garde les compagnies et elle envisage la possibilité d’une révision de système d’exploitation de la traversée dans le cas où la tendance continue à la baisse.

L’agence de presse EFE redonne néanmoins de l’espoir. Elle rapporte que la traversée depuis le royaume chérifien est en hausse malgré les arrivées des MRE qui se font de moins en moins importantes. L’opération transit connaît une tendance inversée sachant que le nombre de Marocains qui voyagent vers le sud de l’Espagne pour les vacances augmente de manière significative. Et cela ne se passe pas uniquement pendant le mois de juillet, mais sur toute la période estivale. De ce fait, plus de résidents marocains ont la possibilité d’envisager des vacances, contrairement aux MRE qui sont de l’autre côté de la rive méditerranéenne.

Laisser un commentaire