Santé

Nos conseils pour prévenir le mal de dos

soigner le mal de dos
Selon les études menées par les statisticiens, chaque année, 30 % à 70 % des Français souffrent sporadiquement ou régulièrement de mal de dos. Cette situation n’est pas anodine. D’après les chiffres, une grande partie de la population ne prête pas attention à leur posture au travail et encore moins à la qualité de leur sommeil avant de faire la douloureuse expérience d’une lombalgie. Cependant, il est facile de trouver une réponse à ce problème en adoptant un mode de vie saine.

Les sources des maux de dos

 

Bien que le mal de dos ne soit pas une maladie grave, son impact constitue une grande gêne pour le confort au quotidien. C’est pourquoi les douleurs dorsales figurent parmi les premières causes de consultations médicales. Généralement, il est difficile de diagnostiquer les sources de maux de dos. En effet, plusieurs facteurs entrent en jeu comme les bactéries, une hernie, les mauvaises positions et les faux mouvements, une qualité de couchage sommaire ou une malformation de la colonne vertébrale.

Toutes les catégories d’âges peuvent être touchées par les douleurs dorsales. Toutefois, on remarque que les personnes âgées, celles qui effectuent un travail très physique et les personnes en surpoids sont plus concernées par le problème.
Les symptômes du mal de dos sont faciles à reconnaître. Souvent, ils se manifestent par des douleurs plus ou moins persistantes au niveau de la colonne et du tour de reins, ainsi que des difficultés à se maintenir droit ou des sensations de craquement.

Une solution : la prévention

Plusieurs alternatives sont possibles pour prévenir le mal de dos. Premièrement, il faut commencer par améliorer la qualité de son sommeil. Aussi, il est important de mettre un point sur le choix de son sommier en tenant en compte quelques critères comme le confort, la précision du soutien, la souplesse ainsi que les facultés à lutter contre les acariens et les autres bactéries. On en trouve différents types sur le marché : les modèles en latex, les mousses ou les ressorts. Dans ce domaine, on note que les personnes utilisant un matelas mémoire de forme 160×200, sont moins sujettes aux douleurs lombaires par rapport aux autres.
Pour choisir son sommier, il ne faut pas hésiter à l’essayer quelques minutes en magasin. Pour se faire, on s’allonge sur le dos. Lorsqu’on peut mettre les mains entre les reins, le matelas est trop ferme. En revanche, il n’est pas assez ferme si le coude s’enfonce dans la structure. Lorsqu’on dort à deux, il est préférable de l’acheter et de l’essayer ensemble, notamment pour les couples à grande disparité morphologique.
La sédentarité favorise les maux de dos. Il en est de même pour certaines activités physiques, les mauvaises habitudes et les postures néfastes. Cependant, il existe des exercices simples qui permettent de muscler le dos et renforcer toute la structure comme la marche. Aussi, il est conseillé de faire au moins 10 000 pas par jour et de s’équiper d’un podomètre afin de s’assurer de l’atteinte des objectifs. En plus de la marche, 10 abdos et des assouplissements des cuisses sont de mise.
Enfin, il est important de surveiller son poids. En effet, les amas de graisses provoquent des surcharges au niveau des os et entraînent à la longue des douleurs de la colonne. Ce qui fait qu’il est nécessaire d’adopter une alimentation équilibrée.

Des traitements efficaces existent

Les traitements des maux de dos sont à la portée de tous. À part le changement de matelas, les médecins préconisent des étirements de soulagements. Ces exercices consistent à assouplir les muscles pour les tonifier et les rendre plus fermes. Ces sports doivent être pratiqués régulièrement pour que les résultats soient réellement palpables.
La prise de cachets anti-douleurs est courante. Cependant, les antalgiques ne sont que des solutions provisoires. Pour traiter le problème en profondeur, il est recommandé de prendre un rendez-vous chez son médecin afin d’essayer de connaître les vraies sources des crises. La consultation est d’autant plus nécessaire lorsque les douleurs sont chroniques.
Les principes actifs de certaines plantes peuvent également aider à apaiser la lombalgie. Dans ce domaine, le curcuma et les orties sont les plus connus. On les prend sous forme de tisanes ou en extraits de plantes standardisés, sous forme d’huiles essentielles ou de gélules. Bien que les effets secondaires de la phytothérapie soient minimes, il est fortement conseillé de demander l’avis d’un praticien avant d’opter pour ce traitement.

Laisser un commentaire