Immobilier

Le boom de l’immobilier à Bordeaux : état des lieux en 2020

Le secteur de l’immobilier traverse une vraie révolution en France. Qu’il s’agisse de l’intérêt grandissant des Français pour la pierre, des aides du gouvernement, de l’évolution des pratiques commerciales ou encore du travail acharné de la FNAIM, tous ces facteurs ont conduit à une meilleure valorisation du secteur. Toutefois, certaines villes ont été plus impactées que d’autres. C’est le cas de Bordeaux qui, après avoir connu une légère pause en 2019, semble voir l’année 2020 se placer sous le signe d’une hausse des transactions et des prix des biens immobiliers.

L’immobilier bordelais et sa légendaire hausse des prix

Depuis quelques années, le marché de l’immobilier connaît divers changements en France, notamment à travers :

  • l’augmentation des transactions, mue par l’intérêt grandissant des acquéreurs
  • la transformation digitale des agences qui ont perfectionné leurs services
  • l’apparition de nouvelles professions de l’immobilier, qui ont rendu le secteur plus compétitif
  • les différents investissements dans l’immobilier neuf et ancien
  • les aides financières, etc.

Dans les grandes villes, la ferveur se fait encore plus sentir et les prix connaissent des envolées spectaculaires. Une grande ville qui a fait parler d’elle ces dernières années est Bordeaux. De fait, l’agglomération s’est fait remarquer par une forte attractivité qui a entraîné une hausse progressive des prix, surtout au cours des 5 dernières années. Bordeaux a été propulsée par une explosion de la demande, notamment de la demande extra-régionale.

Les acquéreurs sont en effet attirés par le potentiel de la ville, qui connaît une croissance économique intéressante, et par les facilités qu’y offre la loi Pinel. Comme le montre cet article, de nombreux acheteurs de biens immobiliers se sont massivement installés à Bordeaux. Cette arrivée massive d’investisseurs ayant un grand pouvoir d’achat a imposé une nouvelle dynamique au marché bordelais, qui a tôt fait de s’adapter. C’est ce qui justifie l’emballement de l’immobilier dans cette ville.

En plus de cette situation, Bordeaux est devenue depuis quelque temps une alternative très avantageuse pour de nombreux Parisiens qui désirent commencer une nouvelle vie ou habiter à distance de leur lieu de travail. Voilà également un point qui a contribué à renforcer la croissance des prix de l’immobilier bordelais, notamment au niveau de l’immobilier locatif. Tous les indices s’accordaient alors pour qualifier de marché haussier le marché immobilier de Bordeaux. Néanmoins, les chiffres de l’année 2019 ont quelque peu interrompu cette tendance.

Ralentissement des prix en 2019 : vers un rééquilibrage ?

En 2019, les chiffres montrent que les prix de l’immobilier à Bordeaux ont cessé de croître. Après avoir enregistré plus de 10% de hausse annuelle, les prix au m² n’ont pas seulement arrêté leur envolée, mais ils ont chuté de 0,3 % sur l’année 2019. Bien que certains experts aient parlé de ralentissement, car une nouvelle hausse était anticipée pour 2020, les acteurs du domaine affirmaient plutôt que Bordeaux avancerait vers une situation de rééquilibrage.

La principale raison expliquant ce phénomène, que beaucoup qualifieraient de peu probable il y a 2 ou 3 ans, est que les acheteurs locaux n’arrivaient plus à trouver de solutions face à la hausse des prix. En dépit des nombreuses facilités qui leur sont accordées, particulièrement en ce qui concerne le crédit, les Bordelais (surtout ceux de la classe moyenne) sont de plus en plus dans l’incapacité de boucher le trou créé par ces prix qui n’arrêtent pas d’augmenter. Car d’une hausse de 6,5 % en 2016, on est passé à 12,4 % en 2017, puis à 12,7 % en 2018, d’après des statistiques de SeLoger.com. Puisque le marché était dominé par les acquéreurs extra-régionaux qui ont un plus grand pouvoir d’achat, ceux de Bordeaux n’ont plus eu d’autre choix que d’arrêter les investissements immobiliers. C’est ce qui a entraîné le ralentissement observé.

Quelle est la situation immobilière en 2020 à Bordeaux ?

Comme l’ont annoncé les experts, le marché de l’immobilier bordelais connaît une nouvelle hausse en 2020. D’après les mêmes acteurs, il aurait repris à un rythme effréné malgré la crise sanitaire. Au début de l’année déjà, pour le premier trimestre, une augmentation de 0,3 % a été enregistrée par rapport au premier trimestre 2019, ramenant les prix vers l’habituelle tendance haussière qui a eu cours sur 5 ans d’affilée.

Bien entendu, cette hausse est encore très inférieure à celle à laquelle les Bordelais sont habitués. Mais à la moitié de l’année, les activités ont repris de manière fulgurante. On ne dispose pas encore de chiffres précis, mais le fait est que les agences sont débordées. Elles rapportent des centaines d’appels de clients qui aimeraient visiter des logements. On peut donc parler d’un boom de l’immobilier à Bordeaux sur l’année 2020. Pendant ce temps, à Paris, les ventes se font rares, tandis qu’ à Bordeaux on constate une véritable effervescence. D’ailleurs, la clientèle est massivement parisienne. La baisse d’activité dans la capitale est donc probablement liée à l’accélération observée dans la cité girondine.

À Bordeaux, même l’immobilier de niche est touché. Les acteurs n’ont pas fait face à une telle situation depuis 2017 et les ventes sont conclues à une vitesse folle. Les biens atypiques, qui recevaient peu d’attention, sont maintenant prisés. D’après certains acteurs, les demandeurs semblent ne plus avoir de préférence quant à la localisation géographique des logements. Toutefois, ils désirent davantage acheter des biens spacieux avec des espaces verts, des terrasses, etc. ce qui les amène à s’éloigner de plus en plus du centre-ville, même si les biens dans cette partie de la métropole restent aussi très sollicités.

Vers un retour des acquéreurs à Bordeaux en 2020

L’union des syndicats de l’immobilier est claire : l’immobilier bordelais est en pleine forme. Le boom observé n’a pas encore affecté les prix d’achat outre mesure, mais les activités sont au beau fixe. Les acquéreurs qui avaient mis en pause leurs projets pendant la crise Covid-19 sont plus que disposés à les terminer. Bien qu’un problème d’espace se pose toujours à Bordeaux, surtout en métropole, les transactions ne semblent pas en pâtir.

L’immobilier locatif à Bordeaux

La baisse des prix de vente observée en 2019 n’a pas affecté l’immobilier locatif à Bordeaux. Les prix au m² pour la location ont continué de progresser. D’après SeLoger.com, une location vide à Bordeaux coûte environ 746 € au début de l’année 2020, charges incluses. Ce prix a enregistré une hausse annuelle d’environ 6,9 % sur 1 an. Quant à la location meublée, le prix est monté jusqu’à 829 € et a connu une hausse de 4,3 %.

Or, la demande locative est encore très forte. Ainsi, on estime que la tendance dans le locatif est toujours à la hausse en 2020. Le seul changement concerne le fait que pour la location, les gens recherchent de plus en plus de petites surfaces, au détriment des grandes. Toutefois, aucune pénurie n’a encore été observée à Bordeaux.

Laisser un commentaire