Immobilier

Investissement locatif : évitez les pièges et ayez les bons réflexes !

Ville de Lyon et l'immobilier

En matière d’investissement immobilier, les offres paraissent alléchantes, constituées de taux d’emprunt à des niveaux bas, des dispositifs de défiscalisation permettant de payer moins d’impôts… Du côté de l’investissement immobilier, les planètes semblent alignées en ce qui vous concerne. Mais avant de vous lancer, prenez quelques précautions…

Nos conseils pour bien débuter dans l’investissement locatif

voici des conseils bien utiles si vous voulez investir dans le locatif.

  1. Les dispositifs de défiscalisation sont souvent intéressants, mais mieux vaut en discuter avec des personnes qui ont une expérience en matière d’investissement locatif. Si vous pensez avoir la clé de voûte de votre projet immobilier, réfléchissez-y à deux fois…
  2. N’investissez pas uniquement pour des raisons fiscales. Les dispositifs à votre disposition vous permettront de payer moins d’impôts, certes, mais rappelez-vous que vous investissez pour le long terme.
  3. Intéressez-vous au potentiel du bien immobilier que vous achetez. La localisation, la proximité de transports et de commerces sont autant d’éléments qui donneront de la valeur à votre bien et auxquels vous devez impérativement vous intéresser. L’idée est que votre bien immobilier puisse valoir plus d’argent dans 10 ans qu’il n’en vaut aujourd’hui. Certaines villes comme Lyon par exemple, peuvent être plus rentables que d’autres.
  4. Calculez votre loyer : lorsque vous considérez un investissement locatif et surtout lorsque vous prévoyez d’emprunter l’argent nécessaire auprès d’un établissement financier, il est très important de calculer votre loyer en basant vos prévisions sur une fourchette haute. Vous serez ainsi prémuni contre toute mauvaise surprise à terme.
  5. Prenez votre temps et évitez de sauter sur le premier bien que l’agent immobilier vous propose. Faites autant de visites que vous le pouvez et… faites des recherches. À ce titre, Internet est une excellente source d’informations par rapport au prix du marché, à l’endroit dans lequel vous souhaitez investir…
  6. Dans certains endroits, évitez de pousser la négociation trop loin au risque de voir le bien immobilier idéal vous échapper.
  7. Si vous envisagez un investissement locatif en vue de le louer à des clients via des plateformes comme Airbnb, méfiez-vous. Bien que les rendements semblent très intéressants à première vue, il faut vous intéresser à la réglementation qui peut s’avérer, dans certains cas, très contraignante.
  8. Évitez trop d’originalité : parfois, mieux vaut rester « dans les normes » et éviter les bonnes affaires trop excentriques. Souvenez-vous que vous investissez pour louer et que votre bien immobilier doit séduire la plupart des personnes qui viendront le visiter.
  9. Faites chiffrer les travaux : si le logement que vous prévoyez d’acheter nécessite des améliorations, faites-les chiffrer avant de vous engager. N’hésitez pas à contacter plusieurs entrepreneurs qui vous soumettront des devis de manière à ce que vous puissiez inclure les coûts de remise en état dans le prix global de votre investissement.
  10. Pour augmenter vos chances de louer, rénovez et entretenez votre bien immobilier. Si vous limitez les travaux et pensez faire des économies, sachez que cela vous créera du tort à terme.
  11. N’investissez pas toutes vos économies. Alors que les taux d’intérêt sont relativement bas, l’erreur serait d’injecter trop d’argent personnel dans le bien immobilier. Essayez de minimiser au maximum l’apport personnel et de profiter des taux bas du marché.
  12. Constituez-vous un « matelas » financier, c’est-à-dire une sécurité vous permettant de financer les imprévus.
  13. N’oubliez pas les taxes : la taxe foncière, selon l’endroit où se situe le bien, peut être relativement onéreuse. Elle est facile à identifier et doit impérativement être prise en compte.
  14. Tablez sur une période d’emprunt correspondant aux sommes que vous êtes capables de rembourser. Inutile d’envisager un délai trop court qui mettrait votre capacité de remboursement à risque.
  15. Négociez le crédit. Toutes les banques qui vous soumettent une offre de prêt s’attendent à ce que vous essayiez de le négocier. Vous pouvez ainsi viser pour un taux plus bas, la gratuité des frais de dossier, l’absence de pénalités en cas de remboursement anticipé…
  16. Négociez également l’assurance emprunteur obligatoire

 

Laisser un commentaire