Santé

Est-il obligatoire de souscrire à une mutuelle quand on est free-lance ?

On connaît depuis le 1er janvier 2016 la mutuelle obligatoire d'entreprise qui concerne les 3 millions de salariés du secteur privé, lesquels doivent absolument adhérer à la complémentaire santé proposée et prise en charge à 50% par leur employeur. Mais qu'en est-il pour les autres travailleurs français, notamment pour les travailleurs non salariés ? Existe-t-il une mutuelle obligatoire pour free-lance ?

Une mutuelle pour les free-lances

Si les salariés du privé ont obligation, sauf cas particuliers, de souscrire à la complémentaire santé proposée par leur employeur, le schéma est tout autre pour les travailleurs non salariés dont font partis les free-lances. Ces derniers n'ont en aucun cas obligation de souscrire à une complémentaire santé. Toutefois, être couvert par une mutuelle santé est fortement recommandé surtout lorsque on est un travailleur indépendant. En effet, si l'autonomie et la liberté sont les clés de ce statut, les répercussions financières peuvent être lourdes en cas de problème de santé. Il existe sur le marché des mutuelles, des complémentaires santé proposées spécialement aux free-lances. On parle alors de mutuelle auto-entrepreneur.

Le RSI est mort' Vive le RSI !

C'était une des promesses de campagne du candidat Macron. Promesse qu'il a tenue une fois élu président. En effet, dès le mois de septembre dernier, une loi a été voté en faveur de la fin du  RSI dont l'ensemble des travailleurs indépendants se plaignaient tant. Dès lors, une page s'est tournée pour les quelques 6.6 millions de travailleurs indépendants le 1er janvier 2018, date à laquelle le RSI a fusionné avec l'assurance maladie. Il faudra toutefois 2 ans pour que cette phase transitoire devienne une organisation définitive.

Avec l’intégration au régime général, le rapprochement des droits aux prestations entre les indépendants et les salariés va s’opérer dans de nombreux domaines comme une hausse du  pouvoir d'achat, des exonérations de cotisations sociales, mais surtout une amélioration des prestations maladie et maternité. Attention toutefois, une bonne complémentaire santé n'est pas à exclure pour autant, au contraire.

Laisser un commentaire