Auto / Moto

DAKAR 2020 : ce qui vous attend

Les organisateurs du Dakar ne cessent d’innover pour offrir les meilleures sensations aux participants ce rallye-raid mythique. Pour les 5 prochaines années, et ce à partir de l’édition 2020, le Dakar déménage en Arabie Saoudite.

Les destinations et les parcours ont changé

Un nouveau chapitre s’ouvre pour le raid le plus difficile au monde. Après l’Afrique et ses parcours hors du commun, l’Amérique du Sud et ses déserts envoûtants, place maintenant au Moyen-Orient et à ses étendues de sables aussi mystiques qu’inexplorées. L’Amaury Sport Organisation (ASO) vient d’offrir un terrain de jeu exceptionnel aux amoureux du rallye Dakar. Entre les parcours de 9 000 kms, les concurrents participeront à l’assaut d’une portion du Rub Al-Khali, une des plus grands et plus inhospitaliers déserts au monde. Ils découvriront au passage des mosaïques de paysages et de terrains variés.

Montagnes, canyons et dunes au programme

Pour cette nouvelle édition saoudienne, le départ sera donné à Jeddah, sur les bords de la mer Rouge, le dimanche 5 janvier 2020. La course prendra fin le vendredi 17 janvier dans le nouveau complexe d’Al-Qiddiyah. C’est également dans cette nouvelle ville, dédiée au divertissement et à la culture, que se tiendra la journée de repos à mi-parcours. Ce périple emmène les participants à parcourir des dunes, des canyons, des oueds, des montagnes et peut-être même des impacts de météorites. Avec des dunes pouvant atteindre les 250 mètres de hauteur, les pilotes auront de quoi mettre à l’épreuve leurs talents navigation.

Pour tout le monde (organisateurs, hôtes, compétiteurs, sponsors…), cette 42e édition constitue un grand défi à relever. Pour David Castera, le nouveau directeur du Dakar, le choix d’un pays de l’Arabie Saoudite répond parfaitement à l’esprit du Rallye Dakar : découverte et voyage vers l’inconnu. Il a notamment annoncé : « c’est un défi grandiose de se retrouver face à cette page blanche, avec des possibilités infinies. Je suis déjà inspiré et heureux de devoir tracer un parcours dans une géographie aussi monumentale et propice aux itinéraires les plus audacieux. Il n’y a que l’embarras du choix. Sport, navigation, dépassement de soi seront à l’évidence magnifiés dans ces territoires faits pour le rallye-raid ».

Les règles ne changent pas

Même si le Dakar change de continent, il se disputera toujours sur des terrains désertiques, et il se tiendra toujours au mois de janvier. Les concurrents sont répartis en 4 grandes catégories : auto, moto, quad et camion. Chaque catégorie est ensuite subdivisée en classe, selon les performances et les caractéristiques techniques des véhicules.

Le Dakar adopte un format de classement à étapes dont le vainqueur est celui qui détient le meilleur chrono. Mais il faut aussi valider les différents points de passages appelés waypoints. Les rater entraine une pénalité. L’ordre de départ de l’étape suivant se fera selon le classement des étapes précédentes. Ce qui veut dire que le pilote qui est arrivé premier la veille partira en tête. Il aura quand même la lourde tâche d’ouvrir la route et de servir d’éclaireur, mais il aura l’avantage de ne pas être gêné la poussière dégagée par les autres. Celui qui obtient le meilleur temps global dans l’ensemble des étapes occupera la tête du classement général.

 

 

Laisser un commentaire