Santé

Comment aider un proche atteint de pertes de mémoire

Comment aider un proche atteint de pertes de mémoire

Vous connaissez une personne atteinte de pertes de mémoire ? Cela peut-être une personne âgée qui n’a plus beaucoup d’activités, une personne qui a Alzheimer ou une maladie apparentée ou une personne qui a eu un AVC.

Il est probable que sa situation vous ennuie et que vous souhaitiez l’aider. Oui mais comment ? Quand on n’est pas dans le milieu médical, il peut être difficile de savoir comment aider votre proche. Pourtant, il existe une solution pour ralentir la perte de mémoire d’un proche  ! Cette solution est adaptée aux aidants qui n’ont pas beaucoup de temps et qui n’ont pas de connaissances médicales !

Alors débarrassez-vous de cette peur que votre proche finisse par mettre le feu chez lui en oubliant d’éteindre le gaz, ou qu’il en arrive à ne même plus vous reconnaître. Vous pouvez l’aider à garder la mémoire plus longtemps, même dans le cas d’une maladie d’Alzheimer !

Qu’est-ce que la stimulation cognitive ?

Il existe une méthode utilisée par les professionnels qui s’appelle la stimulation cognitive. Cette méthode consiste à garder la personne en activité, à la forcer à utiliser sa mémoire et ses autres fonctions cognitives. Cela peut-être par le biais de jeux, d’exercices, d’activité de la vie quotidienne…

La stimulation cognitive fait ses preuves auprès de personnes souffrant de perte de mémoire pour différentes raisons. Des études ont été effectuées auprès des personnes qui ont alzheimer, auprès de personnes âgées qui ne sont pas malades, auprès de traumatisés crâniens et même auprès de personnes schizophrènes !

La stimulation cognitive ne se concentre pas uniquement sur la mémoire, mais sur différentes fonctions cognitives. En effet, pour pouvoir mémoriser, il faut aussi être en mesure de se concentrer. Pour cela, il faut donc stimuler l’attention des personnes.

De même, une personne ne peut pas retenir ce qu’elle n’a pas compris. Elle ne peut pas non plus restituer ce qu’elle a appris si elle ne parvient pas à trouver les mots. Il faut donc qu’elle soit capable de comprendre et de communiquer. Pour cela, il est intéressant de stimuler les capacités de langage de la personne (souvent atteinte chez les personnes qui ont la maladie d’Alzheimer).

De manière générale, les fonctions cognitives ont toutes un lien les unes avec les autres et pour améliorer l’une, il n’est pas rare qu’il faille aussi améliorer les autres.

La difficulté, c’est que la stimulation cognitive était jusque là réservée aux professionnels. Il faut en effet savoir quelles activités proposer, à quelles fréquences, avec quel niveau de difficulté… Il faut en effet que les activités stimulent la bonne fonction cognitive, avec une intensité raisonnable. Si les séances de stimulation cognitive épuisent la personne, elle ne voudra pas les continuer. De même si elle se retrouve en situation d’échec. Pourtant, une des bases pour que la stimulation cognitive fonctionne est que les séances soient faites régulièrement. L’arrêt de la stimulation cognitive entraine la reprise des pertes de mémoire puisque celle-ci est à nouveau sous-utilisée.

Il s’agit donc d’une méthode efficace mais qui demande une certaine expertise. Expertise qu’ont les professionnels dans les centres médicaux, mais aussi les professionnels libéraux pouvant intervenir chez vous sur prescription médicale.

Comment faire de la stimulation cognitive sans avoir de connaissances médicales ?

Seulement, le fait que cette méthode n’était connue et utilisable que par les professionnels devenait génant quand pour une raison ou une autre un aidant ne pouvait pas faire intervenir de professionnel chez son proche. Ca peut, par exemple, être le cas :

  • pour des raisons financières (car les prestations de certains professionnels ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale et les mutuelles),
  • pour des raisons géographiques (l’accès au soin n’est pas le même en ville ou en campagne),
  • ou tout simplement parce que la personne âgée ne veut pas faire entrer d’inconnu chez elle !

La méthode MALO a été conçue pour les aidants se retrouvant dans une de ses situations où il était impossible pour eux de faire intervenir un professionnel.

C’est une méthode conçue par une professionnelle et une aidante familiale afin de mettre à disposition de l’aidant les connaissances et l’expérience d’une ergothérapeute tout en s’assurant que chaque terme utilisé soit compréhensibles par tous.

Elle consiste en la réalisation de 4 exercices chaque semaine afin de stimuler la mémoire, la concentration, le langage et l’orientation dans le temps et l’espace. Les séances d’exercices sont prédéfinies à l’avance pour simplifier de la vie de l’aidant, qui est d’ailleurs guider à travers des guides de l’aidant et des vidéos afin de savoir comment réagir dans chaque situation.

La méthode MALO s’adapte également à chaque personne souffrant de trouble cognitifs puisque les exercices sont déclinés en 3 niveaux de difficulté différent. En effet, le but n’est pas de proposer des exercices trop compliqués ou trop simples qui n’auraient pas l’effet voulu et qui démoraliseraient et démotiveraient la personne. Bien sûr, l’aidant est guidé pour le choix du niveau à proposer à son proche.

Grâce à cette méthode, vous et votre proche ne serez plus seuls face à la maladie. Vous avez les moyens d’agir et vous vous sentez accompagnés dans la lutte contre les troubles !

Laisser un commentaire